Armée du Salut – Mise à jour

En partenariat avec l’Association communautaire de Vanier, SOS Vanier a tenu une collecte de fonds fort fructueuse le 14 avril dans les locaux de la Légion royale canadienne. J’étais sur place en compagnie de 300 autres résidents. Les profits de la vente de billets, les dons et les sommes recueillies lors de l’encan silencieux totalisent plus de 11 000 $. Merci à l’association et à SOS Vanier d’avoir organisé cette collecte de fonds pour contribuer à financer l’appel devant la Commission des affaires municipales de l’Ontario (CAMO) relativement au plan de l’Armée du Salut pour le 333, chemin de Montréal.

Comme beaucoup d’entre vous le savent, le dossier du projet proposé par l’Armée du Salut pour le 333, chemin de Montréal est actuellement entre les mains de la CAMO, en attente d’appel. Le processus peut durer jusqu’à deux ans, et les travaux ne peuvent débuter avant qu’il ne soit achevé. Nous devons faire en sorte d’atteindre l’objectif fixé pour la collecte de fonds – 200 000 $ – afin de pouvoir constituer la meilleure équipe juridique possible. Nous avons amassé près de 90 000 $ jusqu’à maintenant.

En attendant, nous avons écrit à Susan McMillan, chef de territoire pour l’Armée du Salut du Canada, et avons demandé à la rencontrer pour discuter de solutions de rechange concernant l’approche, les modèles, l’emplacement et les moyens à prendre pour véritablement mobiliser la communauté. Notre objectif est de mieux répondre aux besoins de nos résidents les plus vulnérables en explorant des solutions de remplacement novatrices au modèle actuel, qui est désuet. Le fait demeure qu’une rue principale traditionnelle, située au cœur du quartier, ne constitue pas l’emplacement idéal pour un immense refuge. Nous ne sommes pas favorables au déplacement des problèmes de l’Armée du Salut ailleurs dans Vanier, pas plus que nous ne croyons que ce modèle a sa place dans notre ville, où que ce soit.

Pour aider nos résidents les plus vulnérables, nous devons innover, décentraliser et offrir des services à la fine pointe de la recherche et des pratiques exemplaires. Ce dont les sans-abri ont besoin, c’est d’un toit. J’ai la certitude qu’ensemble, avec les leaders communautaires, nous pouvons trouver des solutions novatrices pour mieux répondre aux besoins de ces résidents.