25 juin

Mise à jour – Centre des opérations d’urgence

Le gouvernement provincial, qui mène actuellement la première étape du Plan pour le déconfinement, a annoncé qu’il enchaînera avec la deuxième étape ce mercredi 30 juin 2021. La deuxième étape du Plan consiste essentiellement à relancer un plus grand nombre d’activités en extérieur et à offrir des services limités en intérieur avec peu de participants, à la condition de porter le masque et de respecter d’autres restrictions. Pour prendre connaissance des répercussions que produisent les mesures actuelles sur les services et les infrastructures de la Ville, veuillez consulter le site Ottawa.ca.  

Le point sur les cliniques communautaires

Lundi dernier, puisque le gouvernement provincial a confirmé la livraison d’un plus grand nombre de doses de vaccin, nous avons considérablement rehaussé nos opérations et ouvert cinq autres cliniques communautaires. Dans l’ensemble, ces cliniques supplémentaires viennent presque doubler le total des cliniques communautaires à Ottawa, dont le nombre passe de 6 à 11 et qui ont une capacité globale de 100 000 doses par semaine.

Les cliniques communautaires donnent les vaccins à ARNm; on fait connaître aux résidents, lorsqu’ils sont sur place, le vaccin qui leur sera donné. Même si nous offrons actuellement dans nos cliniques les vaccins Moderna et Pfizer, nous ne pouvons pas garantir, du fait des fluctuations dans nos livraisons de doses de vaccin, le type de vaccin précis à donner aux 18 ans et plus. Santé publique Ottawa continue de travailler en collaboration avec les partenaires sanitaires et communautaires, ainsi qu’avec les résidents, pour hausser la confiance dans les vaccins. Interchanger les vaccins est sécuritaire et efficace et ne constitue pas une pratique nouvelle. Il faut en priorité donner deux doses du même vaccin ou d’un vaccin et d’un autre pour compléter la série et se protéger parfaitement.

L’accélération des deuxièmes doses

Comme il l’a annoncé, au début de la journée, le gouvernement de l’Ontario est en train d’accélérer le délai d’admissibilité à la deuxième dose de toutes les personnes qui ont 18 ans et plus dans toute la province. À partir du lundi 28 juin 2021, tous les Ontariens et toutes les Ontariennes de 18 ans et plus qui ont reçu la première dose d’un vaccin à ARNm contre la COVID-19 pourront prendre leur rendez-vous pour la deuxième dose au moins 28 jours après la première dose. Les personnes qui ont reçu la première dose du vaccin AstraZeneca et qui décident de recevoir une deuxième dose de l’AstraZeneca ou d’un vaccin à ARNm peuvent prendre leur rendez-vous pour la deuxième dose au moins huit semaines après la première dose. Le gouvernement provincial a fait savoir qu’il tâchera d’accélérer les rendez-vous de la deuxième dose de vaccination des jeunes après avoir vacciné les 18 ans et plus.

La prise des rendez-vous

On peut actuellement prendre les rendez-vous dans nos cliniques communautaires. D’autres plages de rendez-vous seront annoncées lundi matin, en fonction de l’accélération du délai d’admissibilité à la deuxième dose. Les nouveaux rendez-vous offerts seront également publiés continuellement sur le site, en tenant compte des annulations et des changements d’horaire. 

Au début de cette semaine, nous avons lancé la Liste d’attente pour un vaccin contre la COVID-19. Ce nouvel outil en ligne permet aux résidents admissibles de prendre à la dernière minute ou le jour même les rendez-vous de la première ou de la deuxième dose dans les cliniques communautaires. Lorsque les rendez-vous sont pris, Santé publique Ottawa communique avec les résidents par message texte, par courriel ou par téléphone. Tous les rendez-vous sont pris pour les doses non attribuées et pourraient se libérer à n’importe quelle heure du jour. Les résidents seront invités à se présenter à leur rendez-vous à une heure précise et pourront décider d’accepter le rendez-vous ou non. L’outil se réactualise à 23 h 59 chaque jour. Les résidents intéressés doivent donc s’inscrire passé cette heure tous les jours.

Les résidents admissibles qui veulent prendre leur rendez-vous pour la première ou la deuxième dose sont aussi invités à communiquer avec une pharmacie participante ou un praticien de soins de santé principal. Le gouvernement provincial livre directement des vaccins dans plus de 200 pharmacies partout à Ottawa. La plupart des pharmacies prennent des rendez-vous et vaccinent parfois même ceux qui n’ont pas de rendez vous. Les résidents admissibles doivent se présenter directement dans ces pharmacies.

Les résidents qui ont pris un rendez-vous pour la première ou la deuxième dose dans une clinique communautaire et qui décident de faire appel à un autre établissement comme une pharmacie sont invités à annuler leur rendez-vous dans la clinique communautaire sur le portail provincial en ligne ou en appelant la ligne provinciale pour la prise de rendez-vous au 1-833-943-3900, afin de permettre d’attribuer à d’autres les rendez-vous annulés.

Les autres établissements de vaccination

Outre les cliniques communautaires, les pharmacies et les établissements de soins primaires, on continue de vacciner dans les cliniques éphémères des quartiers prioritaires. Nos équipes mobiles de vaccination continuent aussi de vacciner les résidents des habitations collectives et ceux qui sont confinés à la maison. 

Hier, l’ensemble de ces efforts a permis de donner plus de 19 700 doses : il s’agit de notre meilleur total journalier jusqu’à maintenant. En date d’aujourd’hui, près de 937 000 doses ont été données au total sur le territoire de la Ville. En outre, 78 % des résidents de 18 ans et plus ont reçu au moins une dose et 26 % ont reçu deux doses.

Enfin, le Guide d’information clé ci-joint donne un aperçu des différents établissements de distribution des vaccins et de la marche à suivre pour prendre rendez-vous. Nous vous invitons à prendre connaissance de ce guide pour répondre aux demandes de renseignements des résidents. Le Tableau de bord de la vaccination contre la COVID 19 de Santé publique Ottawa comprend aussi de l’information à jour sur la vaccination contre la COVID-19 à Ottawa. Si vous avez des questions, veuillez communiquer par courriel (CouncillorLiaisonDuConseil@ottawa.ca) avec la Ligne de liaison des conseillers, qui permet de surveiller les tendances dans l’évolution des questions afin d’éclairer les prochaines versions de ces ressources.

À l’heure où les plans de vaccination continuent d’évoluer, nous invitons les résidents à s’abonner à la Mise à jour sur la vaccination contre la COVID-19 et à prendre connaissance des messages publiés sur les sites Web de la Ville d’Ottawa et de Santé publique Ottawa et sur les réseaux sociaux, de même que dans les médias d’information de la localité.

Mise à jour de SPO

Santé publique Ottawa (SPO) est heureux de fournir la mise à jour suivante sur les questions d’intérêt pour la santé publique à Ottawa. Situation actuelle liée à la COVID-19 à Ottawa Bon nombre de nos indicateurs de suivi de la COVID-19 continuent de montrer une tendance positive. Les éclosions et les hospitalisations continuent de diminuer, de même que le nombre de personnes ayant obtenu un résultat positif pour la COVID-19. Plus particulièrement, nos taux hebdomadaires liés à la COVID-19 sont passés de 208,5 cas par 100 000 personnes par semaine à leur maximum à la mi-avril à 10,7 cas par 100 000 personnes par semaine. Toutefois, nous constatons également une baisse des nombres de tests, et l’indicateur viral sur les eaux usées concernant la COVID‑19 est en fluctuation. De plus, le niveau de transmission dans la communauté est maintenant beaucoup plus élevé que ce qu’il était l’été dernier, et nous luttons contre les variants de la COVID qui sont plus transmissibles que le virus d’origine de l’année dernière. Nous devrons atteindre des niveaux plus élevés d’immunisation avec deux doses avant de pouvoir compter uniquement sur les vaccins pour maintenir la COVID-19 à un niveau faible et gérable qui n’entraîne pas un nombre excessif d’hospitalisations; et cela ne se produira pas avant la fin de l’été. Par conséquent, nous continuons de recommander à chacun de continuer à se tenir à distance de ceux qui ne sont pas membres de son ménage et de porter un masque lorsqu’il est impossible de garder la distance, quel que soit son statut vaccinal. Nous vous recommandons également de choisir des activités à faible risque – restez à l’extérieur autant que possible et évitez les endroits bondés. Gestion des cas et des contacts et gestion des éclosions  Même si le nombre d’éclosions a diminué à Ottawa, nous continuons de constater des éclosions dans les milieux institutionnels et les lieux de travail, et nous continuons de travailler à la prévention des éclosions en favorisant des pratiques appropriées de prévention et de contrôle des infections. Le ministère de la Santé de l’Ontario définit une éclosion sur un lieu de travail comme « deux ou plusieurs cas de COVID-19 confirmés en laboratoire ayant un lien épidémiologique sur le lieu de travail (par exemple, mêmes aires de travail, même quart de travail) sur une période de 14 jours où il y aurait des motifs raisonnables de croire que les deux cas ont été infectés sur le lieu de travail. » Cela signifie qu’une personne ayant obtenu un résultat positif pour la COVID-19, ou même plusieurs personnes ayant obtenu un résultat positif ne répondrait pas nécessairement à la définition d’une « éclosion ». Dans le cadre de son processus de gestion des cas et des contacts de COVID-19, SPO communique avec chaque résident qui obtient un résultat positif pour la COVID-19 pour cerner les endroits où il a pu se rendre lorsqu’il était contagieux, obtenir une liste de contacts étroits, et fournir des renseignements sur les mesures nécessaires pour prévenir toute propagation ultérieure de l’infection. L’étape suivante consiste à aviser toute personne qui est considérée comme un contact étroit à haut risque d’une personne ayant obtenu des résultats positifs pour lui fournir des renseignements en fonction de son niveau de risque individuel. SPO enquête sur tous les cas de maladie de COVID-19 dans les lieux de travail et travaille directement avec les personnes ayant obtenu un résultat positif pour la COVID-19, ainsi qu’avec le lieu de travail même, en vue de déterminer le risque de transmission et le risque pour la santé et la sécurité des employés et du public. Le tableau de bord quotidien de la COVID-19 de SPO contient tous les renseignements accessibles au public sur la situation liée à la COVID-19 au niveau local, y compris une liste détaillée des éclosions. Les éclosions en milieu de travail sont indiquées au bas du tableau de bord sous la rubrique « Les éclosions de la COVID-19 dans la communauté » et ventilées par type de lieu de travail ou de milieu. Des données anonymes sur les éclosions sont disponibles sur les milieux de travail au moyen d’Ottawa ouverte. SPO divulgue publiquement le nom d’un lieu de travail s’il y a un risque d’exposition connu pour le public et un manque de renseignements sur les contacts. Dans ces rares cas, SPO peut s’appuyer sur des avis publics et les médias pour atteindre le grand public. SPO ordonne seulement la fermeture d’un lieu fondée sur l’évaluation des risques pour la santé publique, lorsqu’il est nécessaire de mener une enquête approfondie sur un risque permanent pour les personnes ou de le gérer. Cela est conforme à la pratique d’autres bureaux de santé publique de l’Ontario. La protection de la vie privée des personnes qui ont obtenu un résultat positif pour la COVID-19 demeure une priorité absolue. Il est également important pour SPO de maintenir des relations positives et de confiance avec les entreprises et les milieux de travail, étant donné que nous comptons beaucoup sur leur collaboration et le grand public pour fournir des détails sur les contacts étroits pendant le processus de gestion des cas. Le racisme est un problème de santé publique L’Organisation mondiale de la santé a désigné « l’inclusion sociale et la non-discrimination » comme un déterminant social mondial de la santé, et Santé Canada a classé la race et le racisme comme un déterminant de la santé, notant que « L’expérience de discrimination ou de racisme ou d’un traumatisme historique est un important déterminant social de la santé pour certains groupes comme les peuples autochtones, la communauté LGBTQ et les communautés noires. » Nous savons que le racisme, la discrimination et la stigmatisation sont associés à un mauvais état de santé physique, mentale et émotive, et à des taux de mortalité plus élevés. Nous savons également que la COVID-19 a eu une incidence disproportionnée sur les communautés racialisées à Ottawa. En particulier, l’incidence a été plus grave sur les communautés touchées par les intersections de la race, de l’immigration et de la vie à faible revenu. SPO est déterminé à mobiliser résidents, partenaires et communautés et à collaborer avec ceux-ci afin de créer les conditions qui favoriseront la santé et l’équité en matière de santé pour tous les résidents d’Ottawa. Une partie du rôle de SPO consiste à sensibiliser le public au racisme et à l’incidence qu’il peut avoir sur la santé et le bien-être des personnes, afin de susciter l’adoption des contre-mesures. Le racisme est un sujet difficile à aborder dans certains formats, comme les médias sociaux, et ensemble nous continuons à apprendre comment parler du racisme comme un problème de santé publique. Les leçons apprises sur la façon de discuter du racisme et de la santé sont essentielles pour faire progresser le travail avec les membres de la communauté ainsi qu’avec les partenaires de la santé, des services sociaux, de l’éducation, des entreprises et d’autres partenaires nécessaires pour combler l’écart en matière d’état de santé des populations racialisées. Santé mentale et consommation de substances Selon les données à jour disponibles, les décès par surdose d’opioïdes confirmés à Ottawa ont presque doublé, passant de 65 en 2019 à 123 en 2020, tandis que les décès par surdose soupçonnés d’être liés à la drogue ont augmenté de 75 %, passant de 124 en 2019 à 218 en 2020. Les hospitalisations liées aux opioïdes ont également augmenté tout au long de 2020 et restent à des niveaux alarmants plus élevés que ce que nous avons constaté avant 2020. SPO a constaté que les besoins et les défis des clients des services de consommation supervisée ont augmenté, de sorte que des approches plus exhaustives sont nécessaires pour mieux répondre aux besoins complexes en santé mentale, en consommation de substances, en logement et en services sociaux. La semaine dernière, SPO a lancé un nouveau site Web du Plan d’action communautaire d’Ottawa (PACO), en collaboration avec les principaux commanditaires du groupe : l’Association communautaire d’entraide par les pairs contre les dépendances, le Royal, le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances et l’Association canadienne de santé publique, pour continuer à appeler les gens à travailler ensemble en vue de lutter contre les surdoses liées aux opioïdes et mettre en évidence les bases établies pour le travail continu. Cette nouvelle page se trouve à l’adresse SantePubliqueOttawa.ca/PACO. Le site Web montre comment la communauté d’Ottawa s’est mobilisée et a travaillé ensemble pour offrir divers points de vue et expertise afin de prendre des mesures liées aux suivants :
  • lutter contre la stigmatisation liée à la consommation de substances qui existe encore largement;
  • diriger la voie vers l’accès aux services de réduction des méfaits;
  • créer une façon plus centralisée et simplifiée d’accéder aux services de consommation de substances et de santé mentale à Ottawa.
Des mesures ont été mises en œuvre dans ces trois domaines au cours de la dernière année, y compris des progrès importants en matière d’accès aux services de santé mentale et de soutien à la consommation de substances pour les adultes au moyen d’AccesSMT.ca, et, pour les enfants, les jeunes et les familles, au moyen du portail 1 appel 1 clic, lancé récemment par l’équipe Les enfants avant tout (voir la trousse à outils ci-jointe pour plus de renseignements). Ces nouveaux points d’accès coordonnés au niveau régional sont des jalons importants, mais des services élargis sont également nécessaires pour répondre à la demande. Les discussions communautaires continuent d’éclairer de nouvelles mesures dans chacun des trois domaines d’intérêt du PACO. Même si la dépénalisation de la simple possession de substances n’a pas été la priorité absolue pour les travaux de réduction des méfaits déterminés dans le cadre du PACO, on s’accorde de plus en plus à reconnaître que la dépénalisation peut aussi contribuer de façon importante à lutter contre la stigmatisation liée à la consommation de substances, car elle empêche les personnes d’accéder aux soutiens dont ils ont besoin. Les partenaires de la réduction des méfaits ont prévu un forum, qui aura lieu à la fin de l’été, pour formuler des recommandations précises à Ottawa à ce sujet. La pandémie a augmenté la demande et le besoin de programmes, de ressources, de soutien et de services de santé mentale et de consommation de substances, et ce, de façon plus générale, au-delà de la lutte contre les troubles liés à la consommation d’opioïdes. Par conséquent, malgré les défis en matière de dotation et de ressources liés à la réponse à la pandémie, SPO a continué de collaborer avec les conseils scolaires, les hôpitaux, la santé communautaire, les lieux de travail, les partenaires communautaires multiculturels et racialisés, et la communauté en général à l’exécution de programmes et à la prestation de services de santé mentale et de consommation de substances. SPO reconnaît que les besoins en santé mentale et en consommation de substances demeureront une priorité élevée après la pandémie. Afin d’éclairer davantage les nouvelles mesures, les membres de l’équipe de SPO collaborent avec les partenaires et la communauté au cours de l’été pour formuler des recommandations dans un rapport de septembre au Conseil de la santé. Nouvelles initiatives 1appel1clic.ca est un nouveau service bilingue conçu pour mettre en relation les enfants, les adolescents et les familles de l’est de l’Ontario avec les bons services de santé mentale et de toxicomanie, au bon moment. Ce programme passionnant qui réunit plus de deux douzaines de fournisseurs locaux de services de santé mentale et de toxicomanie pour les enfants et les adolescents est le premier du genre en Ontario. www.1appel1clic.ca La santé mentale et la consommation de substances sont des enjeux importants qui touchent les jeunes plus que jamais auparavant.  Santé publique Ottawa a collaboré avec RéseauAdo, l’équipe de santé Les enfants avant tout et l’Initiative pour les enfants et les jeunes en vue de lancer la campagne vidéo « Si t’avais une minute pendant la pandémie »!  Nous avons demandé à des groupes de jeunes de la région de nous transmettre un message d’espoir, de résilience et de nous expliquer leurs stratégies d’adaptation durant la pandémie de #COVID19.  Cette campagne vise précisément à changer les choses en racontant des témoignages d’espoir et durant la période difficile que nous vivons en veillant à ce que les jeunes y soient au premier plan.  Prenez quelques minutes pour regarder ce qu’ils avaient à dire!
https://www.facebook.com/ottawasante/videos/3793687214076942/
Veuillez envisager de partager ces deux messages sur vos canaux de médias sociaux. Mises à jour des médias sociaux En outre, notre site web a fait l’objet de quelques mises à jour qui pourraient s’avérer utiles pour vos électeurs.  Dans le cadre de nos efforts pour atteindre l’immunité communautaire, nous avons ajouté un nouveau document sur les vaccins à ARNm (Pfizer et Moderna) : Document sur les vaccins à ARNm (pdf – 419 KB). Le lien se trouve également sur notre page Web sur l’immunité de communauté, ainsi qu’un autre document préparé la semaine dernière sur Comment prendre un rendez-vous pour le vaccin COVID-19 pour quelqu’un d’autre (pdf – 730 KB). Enfin, Être parent à Ottawa a un nouveau compte Instagram @parentsottawa Regard sur l’avenir Plus tôt ce mois-ci, la province a annoncé que les écoles resteraient fermées pour l’apprentissage en personne pour le reste de l’année scolaire et nous savons que, pour de nombreux enfants, jeunes et parents, c’était une nouvelle difficile. Nous sommes optimistes qu’après un été de restrictions soigneusement assouplies et de progrès continus dans le déploiement de nos vaccins, les élèves, les travailleurs en éducation, les parents et les aidants naturels peuvent se réjouir d’un retour à l’école réussi à l’automne. À cette fin, les infirmiers de Santé publique Ottawa ont travaillé et continuent de travailler en étroite collaboration avec nos écoles et conseils scolaires locaux, ainsi qu’avec des partenaires communautaires, pour appuyer la santé mentale des enfants, des jeunes et des travailleurs en éducation de diverses façons. Nous nous sommes engagés à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que les enfants, les jeunes, les parents et les aidants naturels bénéficient du soutien de l’école en personne à l’automne. L’équipe procède à une évaluation de l’année scolaire 2020-2021 et cherche des moyens de s’assurer que les élèves, les parents et les travailleurs en éducation auront les renseignements et les ressources dont ils ont besoin pour rendre l’année scolaire à venir aussi saine que possible. Leurs plans comprennent : des processus et protocoles liés à la COVID-19 pour les cas et les contacts; supports de dépistage et de tests; liens et soutiens pour la santé mentale et la consommation de substances; et réintroduire la disponibilité de certaines normes essentielles de santé publique de l’Ontario – soutien et services de santé scolaires, comme l’immunisation à l’école, la sexualité saine, la santé dentaire, la santé mentale et la résilience, le tabac, le vapotage, et les programmes sur la consommation de substances. SPO planifie et travaille en étroite collaboration avec Les enfants avant tout, puisque le CHEO et d’autres partenaires ont défendu la santé des enfants et des jeunes tout au long de la pandémie, et ont collaboré à cette fin. Nous tenons à les remercier de leur engagement et de leur soutien continus. Rétablissement Avec la pandémie qui continue et les taux de couverture vaccinale contre la COVID-19 qui augmentent à Ottawa, SPO envisage l’avenir et a entrepris la planification de rétablissement de l’organisme, qui sera éclairée par les employés, les partenaires et vous-mêmes. La planification de rétablissement de SPO vise un objectif global : créer un système de santé publique plus solide et viable qui collabore avec tous les secteurs sociaux et de santé. Elle s’articule autour de trois éléments clés :
  • Dynamiser : contribuer au bien-être du personnel;
  • Rétablir : Rétablir les services et les programmes prioritaires tout en aidant la communauté à se remettre de la pandémie;
  • Repenser : cerner des occasions de progresser et d’améliorer nos programmes, services et processus pour l’avenir.
Même s’il y a encore beaucoup d’inconnus, nous savons que la façon dont Santé publique Ottawa s’acquitte de son mandat dorénavant sera différente après la pandémie. SPO s’appuiera sur les relations établies, les leçons tirées de la pandémie et cernera de nouvelles occasions pour l’avenir – en mettant l’accent sur l’équité en santé, en particulier la santé des populations autochtones, noires, racialisées, des nouveaux arrivants et des personnes à faible revenu, la collaboration, l’innovation et l’élaboration de systèmes de santé et de systèmes sociaux durables. Au cours de l’été, nous continuerons de mettre l’accent sur l’immunisation, la gestion des cas et des contacts de COVID-19, ainsi que sur la gestion des éclosions, afin de poursuivre notre travail visant à réduire la transmission de la COVID-19 dans notre communauté afin de permettre à un plus grand nombre de personnes de retourner au travail et d’accéder aux soutiens dont elles ont besoin. Nous travaillerons également avec nos partenaires – planification de l’automne – dans le cadre de laquelle beaucoup retourneront au travail et à l’école en personne. À l’automne, nous mettrons davantage l’accent sur le rétablissement de programmes limités, dont la santé mentale, la consommation de substances, les soins dentaires, la croissance et le développement sains, et le travail d’immunisation – qui appuieront le rétablissement de notre communauté après la pandémie, appuieront le retour des élèves à l’école, réduiront les autres méfaits dans notre communauté, et répondront aux listes d’attente pour nos services. Avant la fin de l’année, nous pourrons mobiliser davantage SPO pour examiner les leçons du passé et les questions de l’avenir comme catalyseur pour repenser ce que nous allons faire et comment nous allons travailler en 2022 et au-delà.

Leave a Comment