4 janvier

Selon ce que la Province a présenté hier, nous savons que nous sommes confrontés à un conflit important en ce qui concerne le nombre de cas d’Omicron qui augmentent de façon exponentielle et le nombre de nouvelles personnes dépistées positives dans les jours et les semaines à venirdes prochains jours et des prochaines semaines. Nous prévoyons que cette situation aura une incidence importante sur la main‑d’œuvre dans l’ensemble du secteur des soins de santé, ainsi que sur l’accès aux lits d’hôpitaux et les services hospitaliers.

Comme l’ont dit hier le premier ministre Ford et le Dr Moore, presque tout le monde connaîtra maintenant quelqu’un qui est touché ou a été touché par la COVID‑19. Nous nous préparons aux répercussions. Nous savons qu’à ce stade, la transmission de la variante Omicron ne peut être complètement arrêtée. Je souscris à la décision de la Province d’instaurer des mesures de santé publique supplémentaires dans la collectivité avec l’objectif de ralentir la transmission du variant Omicron et de réduire le pic des hospitalisations à ce qui sera gérable, en reconnaissant qu’il est impossible d’arrêter complètement la transmission de ce variant.

La décision provinciale de retarder l’apprentissage en personne dans les écoles a dû être très difficile à prendre. Nous savons que les écoles devraient être les derniers endroits à fermer pour la santé et le bien‑être des enfants et des jeunes. Maintenant que la décision a été prise de passer à l’apprentissage virtuel pour les prochaines semaines, nous collaborerons avec les conseils scolaires pour nous assurer que les enfants qui pourraient avoir besoin d’un plus grand soutien puissent communiquer avec les ressources dont ils et leur famille auront besoin dans les prochaines semaines.

Nous savons que la fermeture des écoles causera des préjudices. Pour certains des enfants et des jeunes, l’école est un lieu de répit où ils peuvent avoir accès au soutien, à la nourriture et à la sécurité. L’an dernier, le nombre de nourrissons présentant des traumatismes crâniens et/ou des fractures multiples a plus que doublé. Pour les familles qui sont confrontées à la violence familiale, l’école constitue un facteur de protection et un lieu où elles reçoivent un soutien essentiel. Nous avons constaté, à la suite de confinements antérieurs, que les parents et les aidants naturels signalent des niveaux élevés de stress lorsque les écoles sont fermées, lorsque des restrictions sont en place et lorsque leur capacité de travailler est touchée. De plus, au cours des périodes antérieures au cours desquelles les écoles étaient fermées pour l’apprentissage en personne, nous avons constaté également une augmentation des problèmes en matière de santé mentale comme la dépression, l’anxiété, les troubles de l’alimentation et plus d’hospitalisations.

Les enfants et les jeunes, ainsi que leur famille, seront confrontés à une période difficile. Il s’agira d’une période difficile à gérer. Il pourrait falloir deux semaines à un mois et, à l’heure actuelle, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous occuper les uns des autres. Il est plus important que jamais de communiquer avec des amis, des membres de la famille et des voisins et offrir un soutien en vue de se donner les uns et les autres un répit de ce qui sera une période difficile.

Je continuerai de promouvoir la réouverture des écoles en vue de les rouvrir le plus tôt possible pour la santé des enfants et des jeunes. Tout au long de cette période, les parents auront besoin d’aide en ce qui concerne la garde des enfants et l’apprentissage à distance, mais nous devons également évaluer les risques des interactions entre les enfants d’autres ménages à l’extérieur de l’école. Nous savons ce qui est le plus important pour prévenir les transmissions ultérieures – dépister quotidiennement les symptômes, rester à la maison lorsque vous êtes malade et ne pas avoir de rassemblement avec ceux hors de votre ménage à l’intérieur.

Des mesures de soutien communautaires sont en place pour vous aider ou pour aider une personne que vous connaissez.

  • Si vous êtes en situation de crise, veuillez communiquer avec la Ligne de crise en santé mentale (24/7) au 613‑722‑6914.
  • Le site 1appelclic.ca constitue un moyen simple pour les enfants, les jeunes et les familles d’avoir accès aux soins de santé mentale et de toxicomanie appropriés, au bon moment.
  • Le Centre de détresse d’Ottawa (24/7) est également disponible au 613‑238‑3311
  • Santé publique Ottawa fournit également une liste complète des ressources locales en santé mentale concernant la COVID‑19 au lien suivant : SantéPubliqueOttawa.ca/CovidSantéMentale.
  • Le site Pas bien chez soi à Ottawa est un service sécuritaire de texto et de clavardage en ligne pour les femmes qui peuvent vivre une situation accrue de violence et d’abus à la maison pendant la pandémie. Ses services de texto et de clavardage sont disponibles sept jours par semaine de 8 h 30 à minuit, par texto au 613‑704‑5535 ou par clavardage en ligne par l’intermédiaire de son site web : pasbienottawa.ca.

Nous commençons une nouvelle année. Je sais que nous nous occuperons les uns des autres à mesure que nous gérons ensemble cette période difficile. Nous sommes une forte collectivité qui soutient les uns et les autres.

Leave a Comment