9 décembre

  • Les indicateurs de surveillance actuels montrent une cohérence et une augmentation importante du nombre de personnes qui ont été déclarées positives à la COVID-19 au cours de la semaine dernière, et je suis inquiet. Comme nous l’avons vu par le passé, davantage de personnes avec des tests positifs mèneront probablement à plus d’hospitalisations, à d’autres répercussions sur le système de soins de santé et peut-être à davantage de décès. Je crains également que si cette tendance se poursuivait, nous assisterions à une augmentation des perturbations sociales, notamment un plus grand nombre de congédiements de classes et d’écoles et la réintroduction de restrictions sur les rassemblements dans les maisons et peut-être dans les lieux publics comme les restaurants et les bars, les cinémas, les centres de conditionnement physique et d’autres entreprises. Trop de gens devront s’isoler pendant les vacances pour ne pas transmettre la COVID-19 à leurs proches.

    Notre taux d’infection est semblable à ce qu’il était à cette époque l’année dernière, mais nous assistons à d’autres éclosions, en particulier dans les écoles primaires et dans les milieux parascolaires où les gens ne sont pas vaccinés. L’augmentation des éclosions de COVID-19 introduites dans les écoles cette semaine a été explosive. Les données de la Table scientifique indiquent des défis croissants avec des taux supérieurs de COVID-19 en raison du variant delta qui circule. En même temps, nous continuons d’en apprendre davantage sur la transmissibilité et la virulence du variant omicron. 

    Le risque est réel maintenant et ce que nous choisissons de faire aujourd’hui fera une différence dans les semaines et les mois à venir. Afin de réduire le risque communautaire, j’exhorte toutes les personnes à suspendre et à limiter certaines activités avant et pendant la période des fêtes, en particulier les activités à l’intérieur lorsqu’elles impliquent des personnes non pleinement vaccinées et lorsque le masque n’est pas porté.

    Je ne peux pas assez insister sur l’importance de se faire vacciner, de porter un masque et de maintenir une distance physique avec les autres. Il est également essentiel de se faire dépister chaque jour avant d’aller au travail ou à l’école en personne, de rester à la maison si on est malade et de se faire tester pour la COVID-19. Cependant, comme le dépistage détecte normalement la COVID-19 après qu’elle aille déjà été transmise, la meilleure façon de limiter sa transmission est d’empêcher les contacts étroits dans des environnements à risque élevé, ce qui signifie de limiter le nombre d’activités parascolaires pour les enfants qui ne sont pas encore complètement vaccinés, en particulier lorsque les masques ne sont pas portés et que la distance n’est pas respectée. Il est maintenant temps de donner la priorité à la participation scolaire des enfants. Évitez les lieux bondés, les espaces fermés et les contacts étroits avec d’autres personnes en provenance de plusieurs foyers. Ces mesures sont nécessaires pour aider à prévenir la propagation du virus et à réduire le risque pour notre santé et les activités sociales dont nous avons pu profiter une fois de plus.

    ***

    Bien qu’il y ait des raisons de s’inquiéter et de demeurer vigilant, il y a aussi de bonnes nouvelles à partager. De plus en plus de gens sont protégés grâce à la vaccination, qui permet de limiter les admissions aux unités de soins intensifs (USI). À ce jour, 82 % des résidents admissibles sont entièrement vaccinés et 87 % ont reçu au moins une dose. Par ailleurs, je suis extrêmement heureux de voir les progrès réalisés parmi les enfants de 5 à 11 ans : plus de 39 % ont courageusement roulé leur manche et reçu leur première dose. Il y a encore beaucoup de capacité pour les enfants, alors veuillez prendre rendez-vous pour votre enfant aujourd’hui, ou présentez-vous simplement dans l’une des nombreuses cliniques après l’école dans un quartier près de chez vous. Le moment est venu de protéger vos enfants par la vaccination, car les taux de cas de COVID-19 augmentant très fortement parmi les enfants de 5 à 11 ans et la transmission de la COVID-19 risque d’augmenter. Le calendrier des cliniques à l’école qui n’exigent pas de rendez-vous se trouve sur le site de Santé publique Ottawa : j’encourage les gens à s’y présenter le plus tôt possible.

    Je tiens à vous avertir que même avec ces progrès notables, nous ne verrons pas d’impact significatif des vaccins dans les écoles immédiatement, jusqu’à ce qu’une grande partie de ce groupe d’âge plus jeune ne soit vaccinée avec deux doses, probablement au cours de la prochaine année, vers février. Continuons à avancer, et nous y arriverons ensemble.

    ***

    Une modélisation de la province cette semaine montre que l’efficacité du vaccin en Ontario demeure très élevée, mais l’expérience dans d’autres pays suggère que nous devrons renforcer l’immunité à l’aide d’une troisième dose. À partir du lundi 13 décembre à 8 h, les résidents nés en 1971 ou avant pourront prendre un rendez-vous pour une troisième dose.

    Les résidents d’Ottawa qui répondent aux critères sont également encouragés à communiquer avec les pharmacies locales en utilisant le répertoire provincial des pharmacies pour trouver celles qui fournissent la dose de rappel. Certains médecins de soins primaires fournissent également des doses de rappel.

    J’ai fortement recommandé aux résidents de réserver un rendez-vous pour une troisième dose dès qu’ils deviennent admissibles, en plus de continuer de suivre les mesures de santé publique, ce qui aidera à réduire le fardeau qui pèse sur notre système de soins de santé dans les semaines et les mois à venir.

    ***

    Alors que la saison des fêtes se poursuit, je tiens à nous rappeler que nos actions font une différence pour nous protéger les unes les autres dans les rassemblements. Je sais que nous avons l’impression de ne pas avoir profité d’une saison des fêtes traditionnelle l’an dernier, et même si nous sommes dans une position nettement meilleure cette année grâce au vaccin, nous devons continuer de faire preuve de comportements plus sûrs, surtout en ce qui concerne la protection des personnes à risque plus élevé et des personnes qui ne sont pas encore entièrement vaccinées.

    Bien que les réunions soient actuellement autorisées, les familles devraient tenir compte de leur situation particulière lorsqu’elles choisissent de se réunir avec d’autres personnes. Y a-t-il quelqu’un qui est peut-être plus à risque? Quel est le statut vaccinal des autres invités? Prenez des mesures pour rendre les réunions plus sûres, comme limiter le nombre d’invités, faire des activités extérieures, avoir un désinfectant à la main à portée de main ou bien ouvrir une fenêtre pour augmenter la ventilation. Maintenez la distance physique et portez un masque à l’intérieur s’il y a une personne non vaccinée ou dont le statut vaccinal est inconnu. Et comme toujours, restez à la maison si quelqu’un dans le foyer est malade, même si les symptômes sont doux.

    ***

    Je voudrais ensuite faire le point sur le dépistage. Les ministères fédéral et provinciaux de la Santé prévoient offrir des sites temporaires de distribution rapide de tests antigéniques à Ottawa. La province nous a également informés qu’elle fournira des trousses d’antigène rapide aux familles pendant les vacances. Ces tests sont un outil de dépistage supplémentaire pour les personnes asymptomatiques qui ne sont pas connues pour avoir eu contact avec un cas de COVID-19 et qui souhaitent prendre des précautions supplémentaires.

    À ce jour, deux écoles ont recours à des tests antigéniques rapides : l’école primaire Carson Grove et l’école catholique Chapel Hill. Elles sont utilisées après le retour des élèves à la suite de la fermeture des écoles pour surveiller de près le risque de transmission continue. Santé publique Ottawa s’efforce actuellement d’offrir des tests antigéniques rapides dans d’autres écoles où les taux de COVID-19 sont élevés. Les tests antigéniques rapides sont destinés aux élèves asymptomatiques non vaccinés qui vont en classe, et non aux étudiants qui ont été licenciés dans le cadre d’une cohorte exposée ou comme contacts à haut risque. Pour les élèves qui sont des contacts à haut risque ou qui présentent des symptômes, les tests antigéniques rapides ne sont pas appropriés. Ces personnes devraient être testées à l’aide de tests PCR en laboratoire disponibles à l’école ou dans un centre d’évaluation.

    Nous préparons également des lignes directrices à l’intention de la population générale afin qu’elle utilise des tests antigéniques rapides à mesure qu’ils deviennent disponibles.

    Bien que le dépistage et la gestion des cas confirmés aident, cela ne suffit pas à réduire la propagation de la COVID-19. Le temps naturel nécessaire pour administrer le test, le traiter, déclarer les résultats, puis communiquer avec les personnes-contact des personnes permet à la croissance exponentielle du virus si d’autres précautions ne sont pas en place. L’utilisation des mesures de prévention que je mentionne sans cesse fait une différence, même avec les variants delta et omicron.

    ***

    Enfin, je veux que les résidents sachent que j’ai beaucoup d’espoir pour 2022. Je sais que la nouvelle du nouveau variant omicron rend certaines personnes anxieuses, et qu’après presque deux années de pandémie nous nous sentons tous complètement à l’aise avec la COVID-19. Si j’ai appris une chose au cours ces deux dernières années, c’est que nous sommes plus courageux et plus résilients qu’on ne le pense, et que nous sommes plus forts ensemble.

    Mon conseil est le suivant : trouvez le bonheur, peu importe ce que cela signifie pour vous. Chaque jour, réservez du temps, même si ce n’est que quelques minutes, pour faire quelque chose qui vous apporte du bonheur. Quant à moi, j’ai commencé à tricoter des petits cadeaux pour les gens, et je m’assure de sortir pour faire de l’exercice, avec un ami quand cela est possible. Je ne le regrette jamais.

Leave a Comment