Le 23 juin, nous avons franchi une étape essentielle vers l’atteinte des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) à la Ville.  

L’objectif de la Ville est de réduire ses émissions GES de 50 % d’ici 2030. Un élément important de cette réduction est directement lié à l’électrification des moyens de transport, notamment des véhicules et du transport en commun. Le plan d’achat d’autobus électriques est une étape essentielle pour atteindre un degré adéquat de résilience climatique en approuvant l’achat de 450 autobus d’ici 2027, dont 74 devraient être livrés en 2023.

Le programme présenté au Conseil est fondé sur une subvention de 350 millions de dollars de la Banque de l’infrastructure du Canada et d’autres programmes de financement du gouvernement fédéral. Il permet de couvrir l’achat de nouveaux autobus électriques et de mettre en place le changement d’infrastructure nécessaire pour favoriser une transition réussie vers l’électrification du parc d’autobus.

Le plan actuel prévoit que les autobus seront alimentés par des unités de recharge dans les garages d’autobus de la Ville, y compris dans le garage St-Laurent. Les investissements fédéraux ont permis de débloquer la transformation et de faire progresser les partenariats, y compris un partenariat important avec Hydro Ottawa pour l’approvisionnement en électricité nécessaire.

Cette approbation constitue un pas en avant pour le plan de la Ville visant à éliminer entièrement les émissions de carbone d’ici 2040, initiative qui fait suite au Plan directeur sur les changements climatiques approuvé par le Conseil en 2020. Les changements climatiques ont déjà eu des répercussions importantes sur les résidents. Ils ont déjà accru les risques et les coûts pour la Ville d’Ottawa, notamment les coûts associés aux inondations, aux tornades ou à l’augmentation des cycles de gel et de dégel. Les secteurs critiques du Plan directeur comprennent l’ajout d’un volet climatique à tous les plans, documents et opérations de la Ville. Ce volet prévoit l’électrification des moyens de transports publics, la modernisation énergétique d’un bâtiment existant et la réalisation d’objectifs normalisés de zéro émission, l’amélioration des pratiques de gestion des déchets et l’éducation de nos communautés afin d’encourager l’adoption de mesures positives. Le plan actuel de la Ville pour éliminer entièrement les émissions de GES issues des activités vise 2040, tandis que l’objectif de la Ville pour la communauté est 2050.

OC Transpo a présenté sa part de coût approximative pour 450 autobus à zéro émission d’ici 2027. Le coût total de la mise en œuvre des autobus électriques comprend les frais d’infrastructure et de transition. Le coût total avec celui des autobus est de 986 millions de dollars. Infrastructure Canada fournira un financement atteignant 493 millions de dollars. La Banque d’infrastructure du Canada prêtera la Ville jusqu’à 400 millions de dollars, ce qui laissera la Ville couvrir jusqu’à 93 millions de dollars de financement d’immobilisations.

Selon le rapport préparé pour le Conseil, chaque autobus coûtera 1,3 million de dollars pour les cinq premières années du processus de transition. Chaque autobus devrait avoir une durée de vie plus longue, et les coûts d’entretien seront environ 35 % inférieurs à ceux de l’entretien d’un autobus au diesel. Afin de répondre aux exigences du cycle de vie et à la demande d’autobus en service sur le réseau de la Ville, le tableau ci-dessous indique le nombre d’autobus nécessaires et le calendrier de livraison des véhicules à zéro émission.

Comme il s’agit d’un investissement important de la Ville, il y a plusieurs risques. Ces risques comprennent une dette financière, des coûts qui ne sont pas définis, des innovations rapides et une technologie qui devient obsolète. D’un point de vue pratique, les risques peuvent également comporter des lacunes et des défaillances techniques ou des interruptions prolongées de l’alimentation électrique.

Le plan porte sur de nombreux éléments, dont un éventail de risques. Le risque déterminé doit être pris en compte et faire l’objet d’une planification pour s’assurer que la transformation prévue en parc d’autobus électriques reflétera les objectifs établis par la Ville, y compris une réduction des GES, une augmentation du nombre d’usagers, la fiabilité du service et l’accessibilité.

Notre Ville bénéficiera de la réduction des émissions de carbone, de la réduction des coûts d’investissement et de la conduite plus silencieuse des autobus grâce à ce changement technologique.

Les bénéfices de ces investissements sont d’une ampleur considérable. Les usagers du transport en commun bénéficieront de l’utilisation d’autobus plus récents et plus silencieux, ce qui devrait également améliorer l’expérience du transport en commun et la fiabilité des autobus. Les résidents d’Ottawa peuvent être fiers de l’élargissement du réseau d’électrification. On s’attend à ce que la fierté à l’égard du réseau de transport en commun augmente avec l’agrandissement du train léger jusqu’à la plupart des communautés d’Ottawa et avec des investissements importants comme la transformation d’un parc d’autobus électroniques. Avec l’aide du programme fédéral, cet investissement présente une logique financière pour absorber l’augmentation des coûts d’achat de nouveaux autobus et pour protéger les résidents d’Ottawa contre le prix d’achat plus élevé des modèles. Il y a beaucoup d’avantages, deux d’entre eux étant un air plus pur et des rues plus calmes. Les véhicules lourds, comme les autobus, qui ont des répercussions sonores importantes le long des rues principales et des zones résidentielles sont tous reliés aux vieux moteurs à combustion sur les autobus existants qui sont destinés à disparaître avec ces achats d’autobus électroniques.

Les membres du Conseil, dont moi-même, ont eu de nombreuses questions à poser aux finances et à l’équipe d’OC Transpo au sujet de ce rapport critique. Voici quelques-unes des questions que nous avons soulevées à la suite de l’appel à la participation des résidents à l’égard de ce rapport :

–           Comment pouvons-nous nous assurer que les coûts de l’électricité peuvent être gérés pendant des décennies pour répondre aux avantages financiers du changement d’autobus?

–           Hydro Ottawa offrira-t-elle des rabais sur le volume?

–           Quelles hypothèses OC Transpo a-t-elle formulées en ce qui concerne l’entretien, la formation du personnel et la conversion réussie des opérations en parc d’autobus électriques?

–           Quelles assurances relatives à l’hiver avons-nous prévues pour les autobus?

–           Comment atténuer les risques pour s’assurer que les autobus respectent la durée de vie de 15 ans du véhicule?

–           Comment l’approvisionnement est-il établi pour s’assurer que les mises à niveau technologiques permettent une intégration correcte aux achats de parc d’autobus (nouvelle technologie, allongement de la durée de vie de la batterie, recharge plus rapide) afin d’assurer la poursuite des progrès?

Le Conseil et la Commission du transport en commun ont soulevé de nombreuses questions. Le Conseil municipal a approuvé à l’unanimité l’achat de 450 autobus électriques pour 1 milliard de dollars, avec l’appui nécessaire des banques d’infrastructure et d’autres programmes du gouvernement fédéral. Il s’agit d’un investissement d’une génération pour le transport en commun à Ottawa. C’est un virage technologique unique qui façonnera notre avenir vers un meilleur transport en commun et une capitale plus verte.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>