Nous avons eu un bon taux de participation à la réunion de novembre de notre groupe de travail, malgré le froid. Mario nous a informés des dernières nouvelles du projet. Son équipe et lui se concentrent actuellement sur deux questions : la conception des intersections (26 au total) et les aménagements cyclables à chacune d’elles, une tâche ardue en raison de l’étroitesse de certaines intersections.

À la demande du groupe de travail, le personnel a réexaminé les options de chaussée à trois et à quatre voies entre le chemin North River et la promenade Vanier. (Il a déjà été établi que la chaussée aura trois voies de la promenade Vanier au boulevard Saint-Laurent.)

Nous avons étudié trois options pour le secteur du chemin North River à la promenade Vanier. L’option 1 consiste en deux voies en direction ouest et une en direction est (la même configuration que pour le corridor de l’est).

Cette option ne laisse toutefois pas assez d’espace pour une piste cyclable complète. Dans cette configuration, le stationnement au nord demeurerait inchangé, mais il n’y aurait plus d’espaces de stationnement au sud, et il risquerait d’y avoir de la congestion sur 500 mètres en direction est.

L’option 1 a le désavantage d’augmenter le temps de déplacement en direction est de 110 % pour les voitures et de 60 % pour les autobus pendant la période de pointe de l’après-midi. En raison des retards importants qu’elle occasionnerait au transport en commun et de la difficulté d’accès pour les véhicules d’urgence, cette option est déconseillée.

L’option 2 consiste à aménager une voie en direction ouest et deux en direction est. Cette option occasionnerait une augmentation du temps de déplacement de 20 % en transport en commun et de 45 % en voiture, ce qui serait beaucoup mieux que dans le cas de l’option 1. Cependant, le stationnement est là où le bât blesse, puisque la bande de stationnement serait au sud au lieu du nord, ce qui priverait les entreprises au nord de leurs espaces de stationnement et de leurs zones d’embarquement.

Lors d’un sondage effectué auprès de ces entreprises (16 sur 25 ont été consultées), Mario a appris que certaines reçoivent parfois une trentaine de livraisons par jour, de sorte que sans bande de stationnement, elles risqueraient de devoir fermer leurs portes.

L’option 3 consiste à maintenir le statu quo (4 voies au total). Si cette option était choisie, il n’y aurait pas de voies cyclables désignées. Des chevrons vélos seraient placés temporairement, mais à mesure que les nouveaux aménagements seraient construits, la Ville se réapproprierait cet espace. Les chevrons vélos ne constituent pas notre premier choix, mais l’ajout d’installations cyclables est un véritable casse-tête, qui peut être long à assembler.

Cela dit, nous tâchons de mettre en place un détour cyclable sur l’avenue Mark pour les cyclistes souhaitant éviter les rues achalandées. L’option 3 engendrerait une augmentation du temps de déplacement de 10 % pour les autobus et de 35 % pour les voitures. À la lumière de cette information, il est recommandé de choisir l’option 3.

La prochaine étape de ce projet est la consultation de l’ARA et la présentation de ces options lors d’une séance portes ouvertes (prévue vers la fin de janvier 2019).

À la suite de la discussion sur les voies de circulation, nous nous sommes penchés sur l’art public. Il a été établi que, dans le cadre de ce projet, Vanier devrait avoir un plan d’art public.

Un plan d’art public est un document s’inspirant de visions multiples pour créer une trame narrative cohérente. Le nôtre comprendra des thèmes directeurs, des emplacements potentiels ou des occasions à saisir, nos priorités, le budget, l’échéancier et des recommandations.

Notre nouvelle conseillère artistique, Rebecca Carbin, a sa propre entreprise, appelée Art + Public Unltd. Mme Carbin compte plus de 18 années d’expérience, notamment en tant qu’agente d’art public pour la Ville de Toronto.

L’art public peut prendre plusieurs formes : sculptures, installations, murales, installations lumineuses ou sonores, ou performances. Lors de la rencontre du groupe de travail, nous avons dressé une liste de mots reflétant le type d’art que nous aimerions voir sur le chemin de Montréal et la promenade Vanier : interactif, amusant, stimulant, enrichissant et réaliste. Les résidents ont affirmé avec conviction que l’art devrait refléter la culture du quartier.

Mme Carbin prévoit consulter les résidents de Vanier dans le cadre d’ateliers communautaires, qui devraient commencer en décembre. Elle sera également présente à la prochaine réunion portes ouvertes sur le projet de revitalisation du chemin de Montréal. La sélection des œuvres d’art s’effectuera au printemps pour que leur installation ait lieu en même temps que les autres travaux de construction. Si vous ne vous êtes pas encore inscrit au bulletin de nouvelles du projet de la revitalisation du chemin de Montréal, rendez-vous au https://ottawa.ca/esubscriptions/signup-form-fr.html.