Le Conseil soutient les actions d’urgence du logement, pendant que le TAAL arrive à la conclusion de ses audiences concernant l’Armée du Salut

Le 29 janvier, le Conseil municipal a adopté une motion pour déclarer la situation d’urgence en matière de logement à Ottawa. Aujourd’hui, plus de 12 000 personnes sont sur une liste d’attente pour un logement abordable; ce chiffre inclut les personnes logées dans des refuges et des motels. En fait, le nombre incroyablement élevé de résidents d’Ottawa dans l’attente d’un logement permanent s’avère désespérément stable.

Le même jour, le Tribunal d’appel de l’aménagement local (anciennement CAMO) a conclu une audience de trois semaines concernant la proposition de déplacer le refuge de l’Armée du Salut, actuellement dans le centre-ville, sur le chemin de Montréal afin de construire un « méga refuge ».

Après deux ans d’attente, cette audience a permis de discuter des lieux appropriés pour un refuge (une rue principale n’étant pas l’idéal), et de parler des répercussions sociales et économiques sur le secteur choisi.

Force est d’admettre qu’après deux ans de combat, la proposition de l’Armée du Salut a fait bien plus que rassembler la communauté autour d’une même cause, elle a questionné ce qu’il est juste de faire reposer sur les épaules d’une communauté.

En tant que président de la Société de logement communautaire d’Ottawa et conseiller du quartier qui compte le plus de refuges dans la ville, l’itinérance et la crise du logement font partie de mon quotidien.

Cette crise, qui a atteint un seuil critique, témoigne du fait que le modèle actuel n’est pas porteur de solutions. On ne peut pas non plus faire porter le poids de la dénonciation d’un système en échec sur les épaules de la communauté.

Nous sommes désormais dans l’attente de la décision du juge. Je tiens à remercier SOS Vanier pour son travail et son dévouement. Je suis fier de représenter Vanier, une communauté de cœur et d’engagement.

Leave a Comment