Le Conseil veut s’adapter aux changements climatiques en faisant les bons choix

Ottawa est le témoin direct des dégâts que les changements observés dans les conditions météorologiques peuvent causer; il suffit de penser aux pannes d’électricité et aux inondations quasi annuelles.

Aujourd’hui, je suis heureux d’annoncer que mes collègues et moi allons sans doute mettre en œuvre l’un des plans d’action climatique les plus ambitieux jamais mis en place par une municipalité.

Un plan ne résout pas les problèmes climatiques, mais il établit des objectifs clés qui peuvent modifier considérablement l’approche de la Ville en matière d’aménagement, de transport, de transport en commun, de plantation d’arbres, de protection de l’eau et d’achats.

Le 28 octobre 2020, le Conseil municipal examinera la version finale du rapport intitulé « Évolution énergétique : la stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique ».

Chemin parcouru jusqu’ici

En janvier 2020, le Conseil a approuvé le Plan directeur sur les changements climatiques (PDCC) et a adopté de nouvelles cibles communautaires à court, à moyen et à long terme pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 100 % d’ici 2050 ainsi que des cibles organisationnelles (l’appareil municipal) pour réduire ces mêmes émissions de 100 % d’ici 2040.

Cent pour cent. Rien de moins que la perfection. N’est-ce pas ce à quoi Ottawa devrait toujours aspirer ?

Selon le rapport du personnel, le modèle actuel prévoit que les émissions d’Ottawa resteront relativement stables au cours des 30 prochaines années. Or, si rien ne change, nous n’atteindrons pas notre cible de réduction de 100 % des émissions d’ici 2050.

Pour atteindre cette cible, nous devons donc réduire considérablement notre demande énergétique par l’adoption de mesures de conservation et d’amélioration de l’efficacité.

Honnêtement, je pense qu’il est temps.

L’idée n’est pas de dire que tout est parfait dans ce plan. Il y a en effet des risques liés aux sources de financement, à la mise en œuvre, aux échéanciers et à des impondérables, comme la pandémie qui nous frappe actuellement, qui peuvent avoir une incidence sur la réussite du plan.

Plusieurs gestes simples peuvent être posés, et des mesures appropriées doivent être prises pour que nous prenions les changements climatiques au sérieux.

Une partie du présent plan s’articule sur l’évolution énergétique, un modèle de consommation d’énergie et d’émissions qui comprend une liste de projets.

Selon le rapport, pour atteindre la cible de 100 %, le modèle indique qu’il faut réduire considérablement la demande énergétique en adoptant des mesures de conservation et d’amélioration de l’efficacité. Nous pourrons atteindre ces cibles grâce à l’innovation et à l’application de technologies qui sont maintenant disponibles.

Voici les changements exigeants que nous devrons mettre en œuvre.

  1. Élimination de tous les combustibles fossiles de façon progressive.
  2. Électrification entière des systèmes de chauffage et de transport ou conversion de ceux-ci à des technologies à émissions nulles.
  3. Augmentation de l’utilisation de la chaleur résiduelle et de la production de gaz naturel renouvelable.
  4. Production d’électricité renouvelable (principalement éolienne et solaire) et stockage de l’électricité en quantité suffisante pour répondre à la demande et compenser les émissions du réseau provincial.

Vingt projets sont inscrits dans la stratégie qui, au cours des cinq prochaines années (2020-2025), vise à accélérer l’atteinte de la cible de 100 %. Les projets couvrent les domaines suivants :

  •  aménagement du territoire et gestion de la croissance;
  • bâtiments (nouveaux et existants);
  • transports;
  • déchets et gaz naturel renouvelable;
  •  électricité;
  • moteurs de changement (personnes/programmes pour promouvoir le plan)

Pour mieux comprendre l’orientation prise, il faut que les mesures d’économie énergétique et d’atténuation des effets des changements climatiques soient au cœur de nos efforts alors que nous élaborons le nouveau Plan officiel de la Ville en matière d’aménagement du territoire et de gestion de la croissance. Le logement et les déplacements aller-retour au domicile sont les deux éléments les plus importants qui nous permettront d’atteindre les cibles de transformation établies ou de ne pas y parvenir.

Lorsque nous examinerons la possibilité de rénover des bâtiments ou d’en construire de nouveaux, l’efficacité énergétique devra être une priorité absolue. La Ville peut rénover et renouveler ses bâtiments municipaux. Des modifications devront être apportées au Code national du bâtiment conformément à l’objectif de l’Accord de Paris, dont le Canada est signataire, pour que nous puissions progresser et atteindre les cibles de résilience énergétique.

En tant que président du conseil d’administration du plus important propriétaire de la Ville, à savoir Logement communautaire d’Ottawa (LCO), il importe de recourir à des solutions plus écologiques en matière de bâtiment. Ainsi, LCO se prépare à une phase de relance qui proposera des solutions de logement plus écologiques et innovantes pour la prochaine décennie. Nous sommes présentement en train de construire le plus grand immeuble passif au Canada. Tous les nouveaux projets respecteront des objectifs énergétiques mûrement réfléchis en matière de consommation ainsi que la norme sur les habitations passives. Le résultat offrira un cadre de vie plus confortable aux locataires, des économies substantielles sur le plan financier et une réduction remarquable de l’empreinte carbone de ce précieux organisme public.

En ce qui concerne les projets liés aux transports, les stratégies incluent des cibles d’émissions zéro et des options d’électrification des parcs de véhicules et des transports en commun de la Ville.

En tant que membre du groupe de parrainage sur les changements climatiques, je suis satisfait du déroulement de l’élaboration de ce plan et de sa stratégie de mise en œuvre — qui est pour moi un élément crucial —, car sans une mise en œuvre et un suivi adéquats, ce plan, comme toutes les politiques, n’est rien d’autre que des idées. Et avec les changements climatiques, ce n’est pas une option.

Les conséquences des changements climatiques sont coûteuses, elles coûtent cher aux propriétaires (taxes, assurances, santé), elles coûtent cher aux gouvernements (réparations, remplacements, personnel). Ne pas atteindre ces objectifs ambitieux n’est pas une solution. Il sera difficile de changer notre façon d’investir. Nous devons protéger la qualité de vie à laquelle les résidents d’Ottawa s’attendent. Et si nous refusons d’établir un plan et de le réaliser, nous ne ferons qu’augmenter les risques et les coûts et rendre nos collectivités moins résilientes.

Ce n’est pas une option.

L’approbation par le Conseil du rapport intitulé Évolution énergétique : la stratégie de la collectivité d’Ottawa pour la transition énergétique ne signifie pas que la ligne d’arrivée est clairement tracée — mais, au moins, nous savons vers où nous orienter pour atteindre nos cibles.

La Ville peut gérer sa propre transformation en matière de réduction des émissions, mais la transformation de la collectivité exigera le soutien de tous les paliers de gouvernement et des avancées constantes du côté de la recherche et de l’innovation de la part de ceux qui travaillent dans les technologies du transport et du logement.

Le plan relatif à l’évolution énergétique et la voie à suivre vous inclut — l’adhésion et les investissements réfléchis de tous les membres de la collectivité.

Quels que soient les effets des changements climatiques, de nombreux projets et plans sont bons pour l’environnement et pour notre ville.

En tant que capitale, nous sommes fiers d’être les premiers à mettre en place des stratégies nouvelles et modernes. Investir dans une transformation des émissions pour orienter les investissements publics est le seul choix possible pour assurer la résilience de notre ville. D’autres collectivités ont entamé ce changement, qui a stimulé leur économie, créé des entreprises et des emplois locaux et fait en sorte que les populations soient informées sur les solutions climatiques et que les gens investissent différemment dans leurs collectivités (y compris leurs maisons et leurs moyens de transport).

Le plan relatif à l’évolution énergétique est capital, il nous permet de nous tourner vers l’avenir, y compris Ottawa. Pour en savoir plus sur la stratégie, consultez le site Ottawa.ca.

Leave a Comment