Lettre de la Dr. Vera Etches, notre médecin chef en santé publique de Santé publique Ottawa

Le 2 novembre 2020

Objet : Situation de la COVID-19 à Ottawa

Cher membre du conseil,

Je vous écris pour recommander une nouvelle approche à la pandémie de COVID-19 afin de protéger la santé de la population d’Ottawa. Les méfaits actuels à la santé découlant des perturbations sociétales sont importants et les mesures visant à limiter la transmission de la COVID-19 à Ottawa doivent être durables et équilibrées à la suite de la fin des restrictions de l’étape 2 modifiée mises en œuvre par la province le 10 octobre 2020. L’approche que je recommande est que nous apprenions à coexister avec la COVID, avec prudence.

Les objectifs de la réponse à la pandémie continuent d’être la réduction au minimum des hospitalisations et des décès, ainsi que des perturbations sociétales. Le taux de personnes qui reçoivent un résultat de test positif à la COVID-19 et la charge virale mesurée dans nos eaux usées ont commencé à se stabiliser pendant la deuxième moitié d’octobre. Ces résultats suggèrent que les efforts de la population d’Ottawa visant à se tenir à l’écart des gens de l’extérieur de leur foyer, à porter des masques à l’intérieur et à l’extérieur quand il n’est pas possible de garder de bonnes distances, à garder les mains propres et à rester à la maison quand ils sont malades font une différence. Les fermetures de l’étape 2 modifiée ont réduit l’incidence des contacts étroits dans les milieux à risque plus élevé et ont favorisé la diminution des niveaux de virus dans la collectivité. Nous devons maintenant nous concentrer sur l’importance des efforts des gens pendant la réouverture des entreprises.

Les raisons justifiant la poursuite des mesures visant à limiter la transmission de la COVID-19 sont les suivantes : le pourcentage de personnes ayant des résultats positifs aux tests de COVID-19 n’a pas diminué et reste à 2,7 %, certains quartiers de la ville ont des taux encore plus élevés; le nombre d’épidémies demeure élevé, entraînant des hospitalisations et des décès; et le potentiel de propagation rapide du virus demeure si nous baissons nos gardes et devenons complaisants, étant donné l’incidence généralisée et continue du virus et l’absence d’immunité significative de la population.

La justification de l’ajustement des mesures pour permettre aux entreprises d’ouvrir ou d’accroître leurs activités comprend des indications que la majorité des gens à Ottawa participent et participeront pour limiter la transmission de la COVID-19, comme on le demande lorsque la situation est grave; les effets négatifs sur la santé de la population allant du chômage à la fermeture d’entreprises résultant de la pandémie; et le besoin des gens d’avoir des appuis qui les aideront à vivre avec la COVID-19 tout au long de l’hiver et dans un avenir proche, à un moment où les problèmes de santé mentale signalés sont élevés et où on ne voit pas encore la fin de la pandémie.

Il n’y a guère de preuve permettant de déterminer le juste équilibre entre les mesures de contrôle de la COVID-19 et le soutien de l’activité économique pour garder les gens employés et atténuer les effets néfastes sur santé mentale et d’autres problèmes, bien que Santé publique d’Ottawa (SPO) surveille les situations et les pratiques à l’échelle mondiale. Les données recueillies au cours de nos processus de gestion de cas et de gestion des contacts indiquent récemment que nous avons des angles morts considérables qui se produisent dans des situations qui ne sont pas couvertes par les règlements provinciaux ou municipaux. Nous continuons de voir des secteurs problématiques tels que les rassemblements publics avec la famille élargie et des cercles d’amis plus vastes, ainsi que la socialisation avant ou après avoir pratiqué un sport d’équipe, ou le déplacement à destination ou en provenance d’un sport organisé sans porter de masque. De même, la rentrée scolaire a accru la pression de transmission, plus particulièrement en ce qui a trait à la socialisation sur le chemin de l’école et de l’école vers d’autres activités accessoires à l’école. Nous voyons également que la transmission peut se produire dans les bars, les restaurants et pendant l’activité physique dans des espaces clos sans le port du masque.

La transmission de la COVID-19 se fera dans n’importe quel milieu si on lui en donne l’occasion. Une grande partie de la solution pour gérer ces risques réside dans la modification de nos comportements. Le risque est plus élevé lorsque les gens sont à moins de deux mètres les uns des autres et qu’ils ne portent pas de masque. Dans les espaces fermés, même ces mesures n’empêcheront pas toute transmission de la COVID-19. Les gens se rassemblent dans des espaces fermés, ils sont en contact étroit sans masque dans notre communauté, y compris à la maison avec des personnes qui ne font pas partie de leur ménage.

Au cours de discussions avec les membres de notre communauté, nous avons reçu des commentaires sur les comportements particuliers qui, selon les résidents d’Ottawa, mettent la communauté à risque plus élevé de résurgence. Sur la plate-forme Participons Ottawa – un portail en ligne qui permet de dialoguer avec les résidents –, les gens ont signalé que manger à l’intérieur, assister à des événements intérieurs d’une capacité maximale de 50 personnes, aller dans un bar ou une boîte de nuit, et assister à une fête intérieure ou à un rassemblement chez un ami était particulièrement préoccupant. Il y a des exemples et des signalements de rassemblements plus grands dans des lieux privés où aucune mesure de contrôle de la COVID-19 n’était en place. Par conséquent, une autre raison d’ouvrir des entreprises est d’adopter une approche de réduction des méfaits, afin de réduire au minimum les rassemblements privés ou clandestins à risque plus élevé lorsqu’il n’y a pas de surveillance et, trop souvent, aucun contrôle d’atténuation de la COVID-19 n’est en place pour réduire au minimum la transmission.

Santé publique Ottawa a recueilli des commentaires des intervenants en vue d’orienter les recommandations sur les mesures de contrôle de la COVID-19, y compris les populations à risque plus élevées (comme les intervenants des foyers de soins de longue durée, les nouveaux arrivants et les communautés racialisées), les hôpitaux, les associations professionnelles, les chefs d’entreprise, les autres services municipaux et les membres du public par courriel, par pétition et sur les médias sociaux.

Il est essentiel de collaborer avec les partenaires communautaires afin de mieux cerner les besoins des communautés racialisées et à faible revenu et de mieux répondre à ces besoins, et ces mesures voient des progrès. Je suis reconnaissante aux nombreux partenaires, y compris la Ville, qui ont participé à ce travail.

J’ai examiné les taux de chômage résultant de la réponse à la pandémie de COVID-19, les indicateurs de la santé mentale de notre communauté et les défis découlant d’un arriéré de procédures chirurgicales et médicales, et je conclus qu’il faut en faire davantage pour permettre aux gens de retrouver plus de soutien et de services habituels dans leur vie.

Les entreprises devraient être en mesure d’ouvrir avec les précautions en place, de façon semblable aux écoles qui sont ouvertes avec des précautions en place. Les gens devraient pouvoir apprendre à vivre avec la COVID-19, avec prudence.

À partir des renseignements disponibles en ce moment, je recommande que la province envisage de mettre en œuvre les mesures de santé publique suivantes à Ottawa, à compter du 7 novembre 2020, dans un avenir prévisible, avec une surveillance et une évaluation continues :

Communications

  • Veiller à ce que les changements entre les étapes soient annoncés au moins deux (2) jours ouvrables avant leur entrée en vigueur afin de donner aux commerçants le temps de se préparer.
  • Promouvoir le message que les trois éléments clés (lieux achalandés; contacts étroits, plus particulièrement lorsque les personnes ont des conversations à proximité les unes des autres; et les espaces clos avec mauvaise ventilation) mettent en évidence où le risque de transmission de la COVID-19 est le plus élevé et ce qu’il faut éviter.
  • Arrêter les messages sur les « cercles sociaux » et les « bulles ». Les communications sur le maintien de contacts étroits avec les personnes de notre ménage, plus 1 à 2 personnes qui fournissent un soutien social essentiel devraient plutôt être utilisées, pour assurer une uniformité de façon à ce que chacun comprenne l’importance centrale de garder un nombre restreint de contacts étroits afin de réduire au minimum les risques d’exposition à la COVID-19.
  • Sensibiliser davantage l’ensemble de la province au sujet du moment où les personnes doivent porter des masques et à la façon de les porter correctement (sur le nez et la bouche).
  • Augmenter l’éducation provinciale en ce qui a trait à la distance de 2 mètres, à l’hygiène des mains et à l’isolement lorsque les personnes présentent des symptômes.
  • Encourager les milieux de travail à continuer d’aider les employés à travailler à domicile ou à faire la transition des employés au travail à domicile afin de réduire la transmission dans la communauté lorsque c’est possible.

Masques

  • Exiger le port du masque à l’intérieur en tout temps dans tous les milieux et à l’extérieur lorsqu’il est difficile de respecter la distanciation physique au moment d’interagir avec des gens qui ne font pas partie de leur ménage.
    • En plus de la mise en cohorte et des barrières de protection, et indépendamment de la distance de 2 mètres, les masques doivent être portés chaque fois que des personnes interagissent ou partagent un espace avec des collègues, en tout temps dans tous les milieux de travail à l’intérieur et même à l’extérieur, lorsqu’il est difficile de respecter la distance physique).
  • Fournir une orientation provinciale officielle au sujet de la construction des masques en tissu (matériaux et conception). À l’heure actuelle, le public n’est pas suffisamment protégé par les masques qui sont mal construits, en particulier ceux qui présentent une mauvaise filtrabilité, une mauvaise respirabilité et qui ne sont pas bien ajustés.

Restaurants, bars et boîtes de nuit et lieux d’événements

  • Harmoniser les critères pour les limites de rassemblement à l’intérieur, quel que soit le lieu (restaurants, centres de conférence, lieux de réunion et d’événement) afin d’exiger qu’il y ait toujours suffisamment d’espace entre les clients de différentes parties.
  • Exiger que les clients portent un masque lorsqu’ils interagissent avec un serveur ou tout autre employé et lorsqu’ils quittent leur table et lorsqu’ils ne sont pas en train de manger ou de boire.
  • Encourager le désinfectant à la main à chaque table pour faciliter l’hygiène des mains avant et après la manipulation du masque.
  • Poursuivre l’application des règlements actuels : il est interdit de danser, de chanter ou de jouer de la musique dans l’établissement, sauf dans les cas prévus par le RÈGLEMENT DE L’ONTARIO 364/20.
  • Encourager les entreprises à offrir des espaces plus sécuritaires pour les pauses des employés et demander au personnel de ne pas socialiser dans les établissements de travail au-delà des heures de travail sans prendre de précautions.
  • S’assurer que les lieux sont ouverts assez longtemps pour éviter de promouvoir les rassemblements dans des espaces moins contrôlés.

Gymnases et centres de conditionnement physique

  • Exiger une distance physique minimale de (2 m) pendant les activités.
  • Exiger le port du masque dans tous les gymnases et centres de conditionnement physique en tout temps pour le personnel et les clients

Sports d’équipe

  • Pour les sports d’équipe, continuer à soutenir qu’aucune mêlée ou joute n’ait lieu.
  • Limiter l’accès aux vestiaires, au pavillon et aux autres services aux toilettes, à l’aide d’urgence et à la gestion de l’équipement.
  • Limiter l’activité et les rassemblements de groupe avant et après l’événement (covoiturage, repas d’équipe, dans les stationnements, etc.) et encourager le port du masque chaque fois que possible pendant le jeu (le port du masque doit toujours être obligatoire en dehors du jeu ou de la pratique).
  • Interdire aux entraîneurs et au personnel de formation de faire la rotation entre diverses équipes ou cohortes de joueurs et permettre à un plus grand nombre de personnes sur la glace afin de faciliter la cohorte avec un groupe d’entraîneurs et de personnel de formation.

Établissements de soins personnels (ESP)

  • Exiger des entreprises qu’elles mènent leurs activités uniquement sur rendez-vous et enregistrer le nom et les coordonnées de chaque client.
  • Exiger que le personnel porte des masques de qualité médicale et des écrans faciaux.

Les mesures (comme le port régulier du masque, le maintien d’une distance convenable, l’hygiène des mains et la réduction des contacts sociaux) exigent un travail acharné et des sacrifices personnels. Ce sont les petits prix que nous devons tous payer pour empêcher la transmission de la COVID-19, ainsi que pour maintenir et améliorer l’activité économique en vue d’éviter d’autres méfaits causés par le chômage et l’augmentation de la détresse mentale. Je crois que les résidents d’Ottawa peuvent apprendre à coexister avec la COVID, avec précaution. 

Je vous remercie de votre attention. Comme toujours, je suis disponible pour discuter de ces mesures en tout temps.

Veuillez agréer, Messieurs le Maire Watson et le Président Egli, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Dre Vera Etches

Médecin chef en santé publique, Ottawa

Leave a Comment