Les grandes villes ont eu de la difficulté dans leur lutte contre cette pandémie.

La survie de nos rues principales est sans aucun doute au centre d’une réflexion à l’horizon 2021.

Pour bon nombre d’entre nous, cette pandémie a compris une lutte pour aider les entreprises à survivre, se maintenir, fermer puis rouvrir.

La commande en ligne semble être une voie d’avenir; comment pouvons-nous cependant nous assurer que nous commandons auprès d’entreprises locales et le faire de manière raisonnable et éthique, en permettant aux entreprises locales de prospérer?

Il ne fait aucun doute que la viabilité de notre économie locale et, plus précisément, le moteur de notre communauté, ce sont les entreprises familiales le long de nos rues principales.

Comme plusieurs d’entre vous, je rêve du jour où nous reviendrons à l’avant mars 2020.

Si on se rappelle bien, le travail à domicile était amusant pour plusieurs en mars. Cependant, des mois plus tard, de nombreuses familles sont impatientes de retourner sur leur lieu de travail.

Je pense que nous y arriverons à un moment donné à la fin de 2021. D’ici là, engageons un débat public sur le rétablissement des priorités de notre ville, qui garantira l’investissement dans les domaines qui en ont besoin afin de nous rendre plus résistants à l’avenir.

En tant que société, nous ne sommes aussi forts que le maillon le plus faible.

Dans cette optique, voici quelques domaines qui, selon moi, pourraient être réorganisés pour 2021 et au-delà.

  • Survie de notre commerce de détail dans la rue principale – Comment pouvons-nous garantir la prospérité des commerces locaux, quels que soient les défis à relever?
  • Financement d’OC Transpo (le budget de fonctionnement s’effondre avec des réalités concurrentes : baisse de la fréquentation et augmentation prévue des tarifs)
  • Des services de garde d’enfants abordables pour soutenir les parents et l’économie.
  • Investir dans le logement – Concentrons-nous sur les demeures et abandonnons le modèle désuet du refuge.
  • Défis en matière de revenus – Cette pandémie n’est pas la première fois que l’utilisation des banques d’alimentation est élevée, mais elle a mis à rude épreuve nos résidents aux revenus les plus faibles.
  • Soutien au vieillissement chez soi pour les personnes âgées – solitude, besoins en soins de santé, services alimentaires, aides financières… ne sont que quelques domaines qui doivent être repensés pour contribuer à rendre le vieillissement chez soi possible.
  • Des installations de loisirs modernes dans chaque communauté.
  • Création d’espaces publics et soutien aux activités de plein air – Cette pandémie a montré que les espaces extérieurs sont essentiels à la santé mentale, à la santé physique et à la joie des habitants de cette ville.

La liste pourrait s’allonger encore, car de nombreuses fissures structurelles du système sont apparues, notamment dans les soins de longue durée.

Poussons tous les gouvernements à procéder à un examen, qui permettra d’aligner les priorités d’investissement sur les enseignements tirés de la pandémie de COVID‑19.

Pour soutenir notre économie locale : le logement, le transport en commun et les services de garde d’enfants ont tous besoin d’une remise à niveau.

LOGEMENT

Malgré la pandémie, le prix des logements n’a cessé d’augmenter et la demande de logements a dépassé les attentes.

Cependant, de nombreux sans-abri de la ville n’ont pas eu d’autre choix que de partager leur chambre pendant une pandémie où la distance reste un point essentiel pour rester en sécurité et en bonne santé.

Une autre raison pour laquelle le modèle des refuges s’avère dépassé.

Ottawa compte 13 000 résidents qui attendent des logements abordables. Chaque jour où nous continuons à avoir des gens sur une liste d’attente est un jour de trop.

Les besoins en matière de logement abordable ne seront pas résolus à petite échelle. Repousser les solutions de logement pour des milliers de résidents à l’avenir est coûteux. Repousser la réalité financière de ce défi : construire plus de logements plus tard sera finalement plus coûteux.

La meilleure façon de procéder est de s’assurer que tous les résidents ont la clé d’un logement avec un bail.

SOUTIENS

Les services de garde d’enfants doivent être disponibles et abordables, ce qui permet aux parents de reprendre le travail sans avoir à se soucier des frais de garde élevés.

Les parents au travail et les enfants à l’école et au centre de garde soutiennent l’économie locale.

TRANSPORT EN COMMUN ABORDABLE

En tant que ville, nous avons investi dans l’avenir du transport en commun; c’est la dépense la plus importante de la ville. Bien que les objectifs de fréquentation soient faussés en raison des réalités de la pandémie, il est clair que pour répondre au besoin d’augmentation annuelle des tarifs et d’équilibrer le budget d’exploitation du transport en commun, il faut une nouvelle approche.

De nombreuses provinces investissent chaque année pour couvrir les dépenses liées au fonctionnement quotidien des systèmes de transport locaux, ce qui permet de maintenir les tarifs à un niveau bas.

ESPACES COMMUNAUTAIRES

Alors que la ville continue d’investir dans la rénovation des rues, elle doit tirer les leçons de la période actuelle, notamment en ce qui concerne la nécessité de disposer d’espaces extérieurs sûrs et utilisables tout au long de l’année, y compris en hiver à Ottawa.

Nous pouvons y parvenir, en commençant par des investissements dans le nouveau plan d’aménagement des espaces publics du marché By, qui est conçu pour que tous les âges puissent en profiter.

Les communautés plus récentes d’Ottawa ont bénéficié d’installations de loisirs modernes. Ces installations ont bénéficié d’une programmation pendant la pandémie grâce à des espaces conçus de manière adéquate qui répondent aux mesures de sécurité liées à la COVID‑19. Malheureusement, il n’en va pas de même pour les quartiers les plus anciens de notre ville dont les installations sont plus petites et vieillissantes et qui sont restées fermées tout au long de la pandémie en raison des limites de programmation/capacité. Nous devons donner la priorité au renouvellement de ces actifs de la ville. Nous avons laissé de nombreux vieux quartiers, dont certains ont des besoins de programmation plus importants, sans espaces ni programmation tout au long de 2020.

NOUS POUVONS Y ARRIVER ENSEMBLE

J’espère que nous considérons la pandémie comme l’occasion d’une vie de revoir les priorités et les programmes de financement et de s’attaquer à ces maillons faibles.

Ottawa est une belle ville. Les dirigeants ont toujours collaboré pour planifier l’avenir de cette ville. Le 1er janvier 2021, nous célébrons les 20 ans de notre grande ville.

Vingt ans après la fusion, et en pleine pandémie, cette ville a la possibilité de créer une économie encore plus équitable, verte, sûre, résistante et offrant des possibilités à tous.