Le 20 mars 2019

Modérateur : Conseiller Mathieu Fleury (quartier Rideau-Vanier – 12)

Conseillers : Shawn Menard (quartier Capitale – 17), Catherine McKenney (quartier Somerset – 14), Jeff Leiper (quartier Kitchissippi – 15), le personnel du quartier Rideau-Rockcliffe – 13. 

Personnel de la Ville : Kevin Wylie (directeur général, Services des travaux publics et des services environnementaux), Luc Gagné (directeur, Services des routes et stationnement), Bryden Denyes (gestionnaire de secteur, Service des routes – Centre).

 

Présentation par le personnel

KW : Le personnel a travaillé sans relâche : cet hiver a été particulièrement éprouvant pour eux. Nous sommes mûrs pour procéder à une révision des normes de qualité en matière d’entretien. Ces normes ont été élaborées pour la première fois en 2003 et n’ont pas été actualisées depuis. Celles sur les trottoirs et les sentiers polyvalents ont particulièrement besoin d’être revues.

Ottawa compte quatre zones climatiques distinctes et reçoit quatre bulletins météorologiques de sources différentes. Nous utilisons également les prévisions d’Environnement Canada. Les conditions météo sont très variables d’une zone à l’autre.

La ville n’a jamais reçu autant de neige en janvier qu’en 2019. Les routes et les trottoirs gardaient une accumulation de neige : lorsque les voitures compactaient la neige sur leur passage, nous déblayions la route, mais ne salions pas. Nous mettions un mélange de sable et de gravillons au besoin, mais la neige n’était pas entièrement enlevée. En temps normal, cette situation est acceptable puisque cela crée une surface plane où conduire ou marcher. Cela n’a pas été le cas cette saison-ci, en raison des cycles constants de gel et de dégel qui ont entraîné la formation d’importantes ornières et d’épaisses couches de glace sur les routes.

 

LG : 505 véhicules – niveleuses, chargeurs, pelles rétrocaveuses, déneigeuses de trottoir ont parcouru l’équivalent de 6 000 km à Ottawa.

Les normes d’entretien se fondent sur une série de catégories de routes – mis à part les autoroutes, qui sont de catégorie 1.

2– Routes à quatre voies avec terre-plein

3– Artères et routes collectrices

4– Routes rurales de gravier

5– Rues résidentielles locales

Le déneigement après une chute de neige est la priorité. Dans des conditions extrêmes, les artères et les routes collectrices sont la première préoccupation; viennent ensuite les rues résidentielles locales, à mesure que les ressources se libèrent.

Ottawa surpasse les normes de qualité provinciales en matière d’entretien (pour les 411 municipalités en Ontario).

 

BD : Il y a les catégories de routes, puis les catégories de trottoirs et de sentiers :

Catégorie 1 – Chaussée

Ex. : route 174, certains tronçons du Transitway. Norme : 2 heures depuis la fin d’une tempête pour dégager complètement la surface.

  • Catégorie 1 a, sous-classification – chaussées empruntées par des services de transport en commun;
  • Catégorie 1 b, sous-classification – chaussées non empruntées par des services de transport en commun.

Catégorie 2 – Chaussée

Ex. : rue Wellington. Norme : 3 heures depuis la fin d’une tempête pour dégager complètement la surface.

  • Catégorie 2 a, sous-classification – chaussées empruntées par des services de transport en commun;
  • Catégorie 2 b, sous-classification – chaussées non empruntées par des services de transport en commun.

Catégorie 3 – Chaussée

Ex. : rue Lyon. Norme : 4 heures depuis la fin d’une tempête pour dégager complètement la surface.

  • Catégorie 3 a, sous-classification – chaussées empruntées par des services de transport en commun;
  • Catégorie 3 b, sous-classification – chaussées non empruntées par des services de transport en commun.

Catégorie 4 – Chaussée

  • Catégorie 4 a, sous-classification – maintenir la surface dégagée, 5 centimètres de neige pour déployer les opérations;
  • Catégorie 4 b, sous-classification – une section d’un mètre au centre est dégagée, 5 centimètres de neige pour déployer les opérations.

Catégorie 5 – Rue résidentielle

  • Catégorie 5 a, sous-classification – normale. Déploiement à 7 cm de neige (accumulation). Déneiger dans les 10 heures depuis la fin de la tempête.
  • Catégorie 5 b, sous-classification – allées de cour arrière. Déploiement à 10 cm de neige. Déneiger dans les 16 heures depuis la fin de la tempête.
  • Catégorie 5 c, sous-classification – routes de gravier d’un cul-de-sac.

Mêmes normes que pour les trottoirs :
Catégorie 1 – Trottoir maintenu entièrement dégagé. Déployer les ressources à 2,5 cm de neige; déneiger dans les 4 heures depuis la fin de la tempête.
Catégorie 2a maintenu entièrement dégagé. Ex. : rue O’Connor. Déployer à 5 cm de neige; déneiger dans les 12 heures depuis la fin de la tempête.

Catégorie 2 b maintenu avec un couvert neigeux. Ex. : rue Chapel. Déployer à 5 cm de neige; déneiger dans les 12 heures depuis la fin de la tempête.

Catégorie 3 exclusivement résidentiel. Déployer à 5 cm; déneiger dans les 16 heures depuis la fin de la tempête.

Catégorie 4, trottoir non entretenu. Ex. : promenade Sir John A. Macdonald.

Question qu’on lui pose souvent : Pourquoi le trottoir est-il dégagé sur un seul côté alors que celui de l’autre côté est dans un état lamentable? C’est un phénomène que l’on observe avec les trottoirs orientés nord-sud : un côté est ombragé, l’autre pas. Cela est attribuable aux immeubles de grande hauteur et au manque de soleil. Comme le salage n’est pas efficace sans les rayons du soleil, la Ville doit passer plusieurs fois pour dégager ces trottoirs.

 

Commentaires des conseillers

McKenney : Les conseillers McKenney, Leiper et Fleury ont voté contre le budget d’entretien hivernal parce qu’il ne donne pas assez au personnel, qui fait de son mieux avec les moyens dont il dispose.

Menard : Ce fut un rude hiver. Nous avons demandé à la population de nous faire part des problèmes qu’elle a rencontrés; nous les résumerons dans un rapport.

Résumé des commentaires : trottoirs résidentiels qui n’ont pas eu la priorité, arrêts d’autobus non dégagés, problèmes de mobilité pour certaines personnes, routes étroites, personnes âgées peinant à déneiger leur entrée après le passage des chasse-neige, hauts bancs de neige, nids-de-poule formés par la glace sur la route et le trottoir.

Leiper : Ces problèmes ne sont pas du ressort du personnel, mais du Conseil. Les employés font de leur mieux avec les ressources qu’ils ont. Conduire partout n’est pas viable. Cette séance vous permet à vous (la population) de faire pression sur nous (les représentants élus).

Fleury : Les normes de qualité de 2003 ne font pas de distinction entre la priorité aux routes et la priorité aux trottoirs. C’est un paramètre qu’il faudra rajouter aux normes révisées. De plus, les trottoirs résidentiels, tout spécialement ceux très fréquentés par les aînés ou situés près des écoles ou des espaces publics, devraient avoir le même niveau de priorité que ceux des rues principales.

 

 

Questions du public

Pour en savoir plus sur les activités d’entretien hivernal de la Ville, visitez : https://ottawa.ca/fr/residents/transports-et-stationnement/entretien-des-routes-et-des-trottoirs/entretien-en-hiver

  1. Est-ce que le personnel considère les normes de largeur des trottoirs, prévues par la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario (LAPHO), lors de l’achat (ou de la location) d’équipements de déneigement des trottoirs?

La largeur de l’équipement est de 1,5 mètre; celle des nouveaux trottoirs est de 1,8 mètre, ce qui respecte tout à fait les normes de la LAPHO. Ce qui pose problème, c’est qu’au moment du déneigement, il n’y a pas assez d’espace pour mettre la neige. Les employés doivent donc revenir pour enlever les bancs de neige.

 

  1. Est-ce que la Ville considère la planification à long terme (élaboration du budget, changements climatiques, population vieillissante) comme une des priorités pour les opérations de déneigement?

Steve Willis, directeur général de la planification, de l’infrastructure et du développement économique, cherche à mettre en place une stratégie sur les changements climatiques. Nous avons une superbe équipe d’intervention au Bureau de gestion des mesures d’urgence qui est déployée pour répondre aux problèmes climatiques urgents tels que les importantes chutes de neige et les inondations.

 

  1. Quel est le poids du déneigement dans le budget? Prévoyez-vous changer d’approche? (Semble moins fréquente)

Le budget du déneigement était de 70 millions de dollars cette année, et de 68,4 millions de dollars l’an dernier. Cette année, le budget a intégré des indicateurs de croissance. Ces conseillers appuient l’augmentation du budget, qui n’est jamais une contrainte pour la sécurité publique. De même, le déploiement des opérations ne cessera jamais pour des raisons budgétaires. Le personnel est limité par l’augmentation de 2 à 3 %. Le budget a plafonné et n’a pas suivi l’inflation. Cela fait 10 ans que nous sous-investissons. Il est vrai que nous sommes dans le rouge, mais nous savons que plus de véhicules sont déployés et que notre réseau s’agrandit.

 

  1. Peut-on divulguer la ventilation des budgets des opérations de déneigement?

Pour consulter la documentation sur les budgets de 2016 à aujourd’hui, visitez : https://ottawa.ca/fr/hotel-de-ville/budget/budgets-precedents.

 

  1. À quoi peut-on s’attendre pour les rues résidentielles à deux voies qui sont réduites à une seule voie lors des tempêtes à cause des bancs de neige qui s’accumulent des deux côtés de la rue?

Les rues seront déneigées selon les normes se rapportant à la classification de la route et aux limites d’enneigement. Les normes sont différentes selon les rues. Prenons par exemple la rue Waverly : la limite d’enneigement est de 5 mètres, après quoi les opérations de déneigement sont déclenchées.

 

  1. Quelle est la différence de priorité entre la rue Elgin et la rue Waverley? (À quel genre de différence peut-on s’attendre?)

La rue Elgin comporte un trottoir de catégorie 1 : zone touristique et zone d’emploi. Le trottoir doit donc être entièrement dégagé. Le déploiement est déclenché à 2,5 cm de neige, et le déneigement doit être effectué dans les 4 heures suivant la fin d’une tempête.

Rue Waverley : trottoir de catégorie 2 b : maintenu avec un couvert neigeux.

 

  1. Est-ce que les prochaines normes de la Ville refléteront la densité de la population, et pas uniquement la désignation de voie?

Lorsque les normes ont été mises en place pour la première fois, le débit piétonnier n’était pas considéré. Il devra absolument être pris en compte dans la révision.

Leiper : Veuillez fournir les données budgétaires (ajustées en fonction de l’inflation) lorsque vous réviserez les normes sur les trottoirs.

 

  1. Est-ce qu’on a dit au personnel de ménager leur utilisation de sel et d’abrasifs sur les trottoirs?

Pour le salage, il y a des normes pour chaque tempête et des configurations sur les camions, qui disposent d’une fonction permettant d’appliquer plus de sel sur une surface particulièrement glacée si un employé juge que c’est nécessaire. Nous ne demandons pas au personnel d’utiliser le sel au compte-gouttes; nous ajustons la quantité en fonction des conditions météo et routières.

 

  1. Est-ce que l’équipe des opérations hivernales considère que les réclamations, les blessures et les décès font partie de leurs activités prioritaires?

Ils ont un dossier où sont consignées les réclamations et les blessures, mais cette information est confidentielle. Si les équipes constatent une tendance dans les incidents, elles peuvent adapter les opérations en conséquence.

 

  1. Quelles sont les normes de sécurité visées par la Ville concernant la sécurité publique, la population vieillissante, les piétons, etc.?

Ces facteurs (population vieillissante, piétons, etc.) seront pris en considération dans l’élaboration des nouvelles normes, tout comme celui de l’égalité entre les sexes.

 

  1. Est-ce que la Ville est prête à appliquer un protocole général dans les quartiers résidentiels pour restreindre le stationnement sur un seul côté de la rue en hiver?

La question d’un protocole général pour les restrictions de stationnement (quartiers résidentiels, circuits de transport en commun, etc.) sera étudiée dans l’élaboration des nouvelles normes.

 

  1. Comment la Ville peut-elle encourager les entreprises et les résidents à adopter un comportement souhaitable durant et après une tempête?

Dans le cadre des révisions, les normes sur le moment où ils doivent commencer à déneiger pourraient être resserrées. En 2003, on ne parlait que de voitures et de piétons. Dans la mise à jour, nous déterminerons les moments opportuns pour interdire complètement le stationnement. La Ville songera également à instaurer un programme « Adoptez un trottoir » pour aider à leur déneigement.

 

  1. Les trottoirs en pente sont problématiques. Quelles sont les normes de la Ville en matière d’investissements dans les infrastructures pour protéger le potentiel piétonnier en hiver?

Les trottoirs en pente, ou trottoirs dénivelés, sont conçus selon des normes pour faciliter les opérations dans certains secteurs. Les trottoirs qui sont au niveau de la rue sont plus faciles à déneiger. De plus, l’eau et la glace sont moins susceptibles de s’y accumuler.

 

  1. Qu’est-ce que la Ville prévoit changer dans ses normes sur les priorités concernant les trottoirs pour assurer leur déneigement rapide et l’application d’abrasifs appropriés?

Les priorités concernant les trottoirs seront certainement étudiées lors de la révision des normes. Le bureau du conseiller Fleury a multiplié les discussions avec les cadres supérieurs pour que les opérations actuelles tiennent davantage compte des trottoirs près des écoles, des maisons de retraite et des autres installations publiques.

 

  1. Est-ce que la Ville tient compte de la population vieillissante, spécialement dans les secteurs à forte densité où vivent les aînés, lorsqu’elle établit les priorités des opérations hivernales pour les trottoirs et les arrêts d’autobus?

Ce sont des éléments qui pourraient être considérés dans la révision des normes.

 

  1. D’où provient le financement des opérations hivernales (déneigement)? Est-ce que les recettes de la taxe sur l’essence pourraient être utilisées?

Le Conseil a décidé que les recettes de la taxe sur l’essence allaient financer les projets d’immobilisations liés au transport en commun. Le financement des opérations hivernales provient entièrement de l’impôt foncier.

 

  1. Est-ce que la Ville cherche à utiliser d’autres abrasifs que le sel (considérations environnementales)?

La Ville humidifie le sel avec du chlorure de calcium avant le salage, ce qui diminue les quantités utilisées de 28 %. Elle a également essayé le jus de betterave, mais ce n’était pas efficace. La Ville utilise du gravillon et du sable et prend en considération l’impact environnemental du salage dans les milieux humides ou les cours d’eau.

 

  1. Comment la Ville travaille-t-elle avec Para Transpo pour régler les problèmes d’embarquement et de débarquement (rampes d’accès)?

Les équipes municipales travaillent souvent avec OC Transpo pour déterminer les priorités aux arrêts d’autobus ordinaires, spécialement en lien avec les activités de Para Transpo, afin de cibler les secteurs prioritaires et répondre aux besoins d’accessibilité. La révision des normes devra tenir compte des priorités en matière d’accessibilité et des activités de Para Transpo.

 

  1. Que fait la Ville pour les zones où les déneigeuses de trottoir ne peuvent pas circuler à cause des poteaux électriques?

La Ville est consciente de cette problématique. Le personnel déblaie ces zones à la main, mais cela prend plus de temps. Toute situation problématique peut être signalée au 3-1-1. Cette question sera également étudiée lors de la révision.

 

  1. Comment la Ville révisera-t-elle la catégorisation des trottoirs?

Ce sont les normes de qualité en matière d’entretien qui dicteront comment recatégoriser les trottoirs. La classification par fonction (lorsque la rue est conçue), la vitesse et le débit de circulation sont trois éléments qui seront considérés. Les détours d’autobus et les travaux de construction vont également alimenter le processus (ex. : modification des circuits d’autobus en raison des travaux du train léger). La classification des trottoirs n’est pas indépendante de celle des routes.

 

  1. Est-ce que la Ville est au courant des défis liés au soulèvement des pales des déneigeuses de trottoir?

Lorsqu’il y a beaucoup de neige à retirer, les opérateurs doivent d’abord utiliser une souffleuse à neige, puis repasser avec une pale de chasse-neige. La principale fonction des souffleuses est d’élargir le passage et de laisser une couche de neige. Dans ce cas, vous voyez des traces de pneus dans la neige qui est ensuite retirée. Synchronisation entre le chasse-neige qui passe sur la rue et celui qui passe sur les trottoirs  : leurs opérations ne sont pas déclenchées au même moment; le second tente de nettoyer derrière le premier. Nous pouvons étudier la question lors de la révision des normes.

Des niveaux de neige différents déclenchent les opérations sur les routes et les trottoirs. Les employés font tout en leur pouvoir pour tenter de surmonter les problèmes aux intersections. Les problèmes de synchronisation pourront être analysés à la révision.

 

  1. Comment la Ville assure-t-elle le contrôle de la qualité des déneigeuses de trottoir?

Des caméras sont installées sur tous les chasse-neige de la Ville, qui sont également munis de GPS. La Ville est également en voie de fournir la même technologie aux chasse-neige en sous-traitance.

 

  1. Comment les résidents peuvent-ils signaler les liens omis par les opérations hivernales?

Les rues adjacentes à la promenade Reine-Élizabeth font spécialement l’objet de préoccupations. La Commission de la capitale nationale (CCN) est propriétaire de ces secteurs, mais la Ville a une entente d’entretien. Elle ne peut pas utiliser que du sel sur les sentiers; elle utilise plutôt un mélange de sel et de gravillons (10 % de sel, 90 % de gravillons). Si les problèmes qui persistent sont récurrents, l’entente avec la CCN pourra être revue.

Les liens manquants peuvent être signalés au 3-1-1.

 

  1. Est-ce qu’un trottoir dans un secteur résidentiel peut être davantage prioritaire qu’une rue dans le même secteur?

La classification des trottoirs n’est pas indépendante de celle des routes. La différenciation entre les catégories de trottoirs et les catégories de routes fera partie de la révision des normes.

 

Prochaines étapes

La révision des normes de qualité en matière d’entretien sera définie comme une priorité pour le mandat du Conseil afin que le processus de consultation puisse débuter.

Le personnel de la Ville se penchera sur la révision et les opérations au cours de l’été et de l’automne. Présentement, nous ne disposons pas des fonds dans le budget pour procéder à la révision, mais nous tenterons de les obtenir dans le budget de 2020. Il s’agit d’une vaste entreprise. Quelles seront les répercussions sur les rondes de déneigement, les équipements, les ressources, les trottoirs et les routes résidentielles? Ce sont des éléments qui feront partie de la révision.

2019 Winter Operations Presentation

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>