Au début de l’été, la Ville a publié un rapport de vérification sur le problème des chambres de motel et d’hôtel utilisées en cas de dépassement de la capacité des refuges pour familles. Le principal problème est qu’il y a trop de familles en quête de refuges et qu’il n’y a pas assez de place pour elles dans les refuges. Il peut y avoir, à tout moment, 282 familles sans-abris qui sont hébergées dans des chambres de motel et d’hôtel payées par la Ville pour un séjour d’une durée moyenne de quatre mois.

Ce système d’hébergement des familles n’est pas viable. Le problème est exacerbé depuis la fermeture de l’un des deux refuges pour familles exploités par la Ville.

Si cette vérification a porté expressément sur l’hôtel Ottawa Inn, c’est parce que l’hôtelier qui exploite cet établissement du chemin de Montréal est l’un des principaux fournisseurs de services d’hébergement temporaire excédentaire. Les vérificateurs ont constaté que cet hôtelier se servait, à l’insu de la Ville, de certaines chambres non approuvées et que la Ville devait apporter des solutions de rechange à la fois meilleures et plus économiques.

Le personnel de la Ville a reconnu que la situation n’est pas viable et envisage de construire un nouveau refuge pour familles. Je serais favorable à ce projet de refuge pour familles. Or, il ne faudrait pas considérer qu’il s’agit d’une solution permanente, puisque les refuges ne sont pas des logements. En définitive, nous avons besoin d’un plus grand nombre de logements abordables sur le territoire de la Ville d’Ottawa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>